Attack on Titan Rpg

Forum rpg sur le manga/anime l'Attaque des Titans
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Somebody to Nobody // ft. Elemina & Livai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Soldat ~ Titan
Messages : 79
Date d'inscription : 10/03/2017
MessageSujet: Somebody to Nobody // ft. Elemina & Livai   29/3/2017, 00:04


► Somebody to Nobody  ◄
feat. Elemina & Livaï




Toute sa vie Eren avait pensé que les efforts étaient récompensés en quelque sorte. C'était ainsi qu'il avait été élevé, c'était ainsi qu'il vivait. Malgré la menace des titans, il avait réellement cru pouvoir un jour faire pencher la balance. On avait beau le traiter d'idiot suicidaire à tout bout de champs, il n'en avait jamais démordu. Sans sa motivation sans faille, il n'aurait jamais pu se placer aussi bien dans le classement dans les bataillons d'entrainement. Sans sa motivation, il n'en serait très certainement pas où il était aujourd'hui. Il avait réussi à voir le côté positif à ses transformations en titan. Cela avait été un choc au départ, mais il avait vu le potentiel dans cette horreur. Certes, il se transformait en l'un des monstres qu'il détestait le plus au monde, mais c'était aussi l'outil qui lui permettrait de les détruire. Il se servirait de leur propre pouvoir pour les réduire à néant.

Mais c'était difficile de garder le moral lorsque tout semblait se liguer contre vous. Il avait appris à se servir de son pouvoir, il avait subit les expériences du lieutenant Zoé sans broncher. Il avait accusé le coup après la débâcle de sa première expédition extra muros. Il avait été secoué, il s'en était voulu pour les blessures de ses camarades, mais il avait cru naïvement, qu'ils avaient peut-être encore une chance. Après tout, la découverte du titan féminin était un avancement d'une certaine façon. Mais l'ultimatum posé par leur hiérarchie, suivi de la catastrophe de leur seconde expédition... Eren ne savait pas si l'Exploration allait s'en sortir. Et si le bataillon était dissout, Eren serait confié aux Brigades spéciales... Il ne servirait à rien en étant disséqué sur une table d'opération. Il avait juré de donner sa vie pour l'Humanité, mais il n'apporterait rien à celle-ci en étant mort. Leur meilleur espoir était qu'il se batte, pas qu'il se laisse ouvrir le ventre pour que des pseudo-scientifiques s'émerveillent de son anatomie. Les expériences d'Hanji avaient montré qu'il n'avait physiquement aucune différence avec un être humain ordinaire. Et il avait beaucoup plus confiance en la folie d'Hanji que dans tout le sérieux des Brigades spéciales. Si Eren les laissaient faire, il serait très certainement enterré comme tous les secrets que le gouvernement ne voulait pas être ébruités.

C'est avec cette certitude en tête qu'il avait parlé de ses incertitudes au Caporal Livai. L'homme était responsable de lui, et en l'absence du Major Smith, il était la seule personne à qui il pouvait parler. Il savait que Livai ne portait pas les Brigades dans son cœur lui non plus, et qu'il n'irait pas reporter ses paroles, même si cela ne lui plaisait pas. Si Eren évoquait la situation avec Mikasa, la brune lui proposerait très certainement de fuir, ne se préoccupant de rien ni personne d'autre. Armin les accompagnerait surement, mais il ne pouvait imposer cela à ses amis. La désertion était un crime puni de la peine capitale, il ne voulait pas prendre le risque que ses amis meurent par sa faute. Si vraiment rien ne pouvait être fait, si vraiment il devait fuir, il n'entrainerait personne d'autre dans sa chute, il en était hors de question. Mais contrairement à ce qu'il avait craint, le Caporal ne l'avait pas envoyé boulé. Il l'avait écouté, et avait, à sa façon proposé un plan alternatif, si les choses venaient à mal tourner.

Eren avait toujours vécu une vie relativement facile, contrairement au Caporal qui avait grandit dans les sous terrains. Livai connaissait et avait vu des choses dont Eren ne soupçonnerait même jamais l'existence. Et ainsi, il avait évoqué ces faussaires, ceux qui falsifiaient de faux papiers d'identités. Si jamais les Brigades cherchaient à mettre la main sur Eren, il disparaitrait, il changerait de nom, deviendrait quelqu'un d'autre en attendant qu'une solution puisse être trouvée. Et c'est pourquoi, en cette belle journée Livai et Eren se rendaient en territoire inconnu -du moins pour Eren- pour rencontrer l'un de ces fameux faussaires. Eren n'avait aucune idée de ce qui allait se passer, de ce qu'il devait faire. Livai lui avait juste dit de le laisser gérer la situation. Les deux soldats avaient troqués leurs uniformes pour des vêtements passe partout, et surtout qui n'attireraient pas trop l'attention. Eren s'attendait un peu à tout et n'importe quoi depuis qu'il avait su qu'ils allaient voir un faussaire. Il espérait sincèrement qu'il n'aurait jamais besoin de ces faux papiers, mais il s'était résigné à ce que cette éventualité se produise. C'est donc avec nervosité qu'il suivit le Caporal jusqu'au lieu de rendez-vous.






Dernière édition par Eren Jaeger le 23/4/2017, 16:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Caporal-chef
Messages : 250
Date d'inscription : 13/01/2017
MessageSujet: Re: Somebody to Nobody // ft. Elemina & Livai   29/3/2017, 22:02

Somebody to nobody


feat. Eren & Elemina

Quelle merde putain….

Comment est-ce qu’on a fait pour en arriver là. Je suis pas con au point d’avoir besoin qu’on m’explique. C’est pas comme si j’y étais et que j’avais tout vu ! Je sais parfaitement ce qui s’est passé ! Ha il est beau le Bataillon d’Exploration ! Nous avons encore subi de jolies pertes sur ce coup-là. Je dirai même que c’est l’expédition la plus meurtrière de toutes celles que nous avons connu jusqu’à présent.

Erwin…. Je n’arrive toujours pas à réaliser que nous sommes revenu au mur sans lui. Ce n’est pas faute d’avoir attendu. Ce n’est pas faute de l’avoir appelé et d’avoir cherché à le retrouver. Encore maintenant je refuse d’accepter la réalité. Je refuse d’admettre que Erwin est mort. Je n’y arrive pas. Et ce n’est pas Hansie qui va réussir à me convaincre. Cette folle crasseuse a beau me répéter que je dois ouvrir les yeux et me rendre à l’évidence, je refuse tout simplement… je ne peux pas…. Je n’y arrive pas.

C’est lui qui m’a entrainé dans cette merdre ! Il m’a sauvé des bas fonds, diront certains. Mais c’était pour une autre forme d’enfermement. J’avais le choix entre crever au bout d’une potence pour tous les méfaits commis avec Isabel et Furlan. Ou bien crever dans la gueule d’un titan…. J’ai opté pour le second choix même si je ne sais pas si l’on peut toujours dire que c’était un choix… c’est quelque chose que l’on a m’imposé et ça me fait bien chier… Surtout pour finir comme ça !

En revenant aux murs avec Eren j’ai réalisé quel funeste destin allait être le sien… Le bataillon d’exploration a échoué… J’ai échoué…. Et si le bataillon vient à être dissous – ce qui sera forcément le cas – Eren sera placé sous l’autorité des brigades spéciales. Allez savoir ce qu’ils vont faire de lui… Le découper en rondelles pour s’assurer qu’il n’aura plus jamais la faculté de ressusciter en titan

Je sais quelles sont les craintes et les angoisses du gosse. Il est venu me parler un soir alors que j’étais tranquillement posé au sommet du toit de la caserne. Je pense qu’il avait envie et besoin de vider son sac. Je me suis demandé pourquoi il allait pas plutôt chialer dans les bras d’Ackerman ou d’Arlelt. Sans doute parce qu’il ne veut pas les accabler de son destin lugubre. Connaissant Ackerman elle aurait encore prit une décision merdique qui aurait foutu davantage le pétrin plus qu’autre chose. Armin serait parti dans des théories fumeuses pour essayer de le sauver. Il ressemble trop à Erwin ce gosse…. C’est déroutant… Il a le même genre de gout pour les plans tordus…. Mais ça n’aurait pas suffi à sauver Eren. Pas cette fois.

J’sais pas pourquoi les gens s’attachent à moi. Je suis pourtant pas du genre très aimable…. J’ai pas compris pour Isabel m’ait immédiatement considéré comme son frérot. Ça ne me déplaisait pas. Je dois même avouer que j’aimais ca…. Notre petit trio. C’était peut-être une des meilleures périodes de ma vie. Du moins je le pensais…

Je ne comprends pas non plus pourquoi Eren est venu me trouver moi pour se confier. Sans doute parce que j’étais responsable de lui. Ou bien parce que je suis plus âgé… Ou tout simplement parce que c’était comme ça, il avait besoin d’évacuer et j’étais au bon endroit au bon moment…

Je vais pas mentir ou me cacher. J’ai été touché par ses appréhensions. Je veux pas qu’il crève disséqué ! J’ai envie de tout faire pour le sauver ce gamin. Pas parce qu’il est capable de se transformer en titan. J’m’en fou de ca ! J’veux juste le sauver…. Parce que je l’aime bien….

Pour lui sauver les miches l’idée la plus valable qui m’est venue à l’esprit était de le cacher. Si on arrive à le faire passer pour mort avec ceux restés au combat la partie pouvait être gagnée. Lorsqu’on est revenu d’exploration je lui ai d’emblée donné l’ordre de garder sa capuche sur sa tête pour ne pas être reconnu. Les seuls personnes qui savent qu’il est toujours en vie parmi nous sont le reste des membres du bataillon d’exploration qui on eut de la chance de se joindre à Hansi ou moi pour renter au bercaille. J’ai confiance en eux. Je sais qu’ils ne trahiront pas Eren.

Et puis…. Nul ne sait ce qui va advenir des hauts dirigeants du bataillon. Lorsqu’il le bataillon va être dissous que va-t-on devenir Hansi et moi ? Elle a repris l’intérim du poste de Major mais ça ne sera que de courte durée. Quand la sanction tombera nos têtes tomberont avec. C’est la potence qui nous attends et j’en suis pleinement conscient. Alors si avant de crever je peux aider Eren à échapper aux brigades et bien soit. Je mettrai tout mon temps et mon énergie dans cette ultime mission que Erwin m’avait confiée. Le protéger….

« Fait attention où tu fous les pieds…. »

Pas d’uniforme aujourd’hui. Je porte un pantalon noir et une chemise blanche. J’ai laissé ma lavallière à la caserne et je ne porte pas de veste. Il n’y a qu’un couteau à double tranchant que j’ai dissimulé dans ma botte et un autre, plus petit à lame rétractable que je glissé dans ma poche.

Les bas-fonds….. Je n’y suis plus revenu depuis que je les ai quittés il y a de ca des années avec mes camarades. Je haïssais tellement Erwin à cette époque. Je voulais le voir crever et pisser le sang. J’aurai été capable de foutre des coups de latte à son cadavre sans vie tellement ma haine était grande. Et maintenant ? Il me manquait tellement…

Je passe en éclaireur pour ouvrir le chemin à Eren. Le passage que nous empruntons permet de descendre dans les bas-fonds sans emprunter les frontières et le point de contrôle. Il faut le connaitre, ce passage… Il est dérobé et assez escarpé. Je mets en garde Eren pour ne pas qu’il se viande et m’entraine dans sa chute. Manquerait plus que ça…

Les bas-fonds c’est facile d’y rentrer…. N’importe qui peut le faire. C’est en sortir qui est plus compliqué. Faut avoir des laisser- passer ou allonger la monnaie. La somme demandée est tellement importante qu’en volant pendant des années je n’ai jamais réussi à dégoter la somme.

On arrive enfin dans la ville sous terraine et je retrouve cette puanteur qui existait déjà autrefois. Ca sent les ordures, la mort, les caniveaux…. Ça empeste la misère…. Comment ai-je pu grandir et vivre dans ce merdier pendant si longtemps ? Nous y sommes depuis à peine cinq minutes que l’envie me prend déjà de vouloir m’en échapper

« On est bientôt arrivé…. Evite de regarder les gens avec trop d’insistance si tu veux rester en vie. Et si on croise des membres de l’autorité, reste naturel et fait comme si de rien n’était »

Mais vu l’endroit par lequel je le fais passer ça m’étonnerait qu’on croise grand monde….

Il nous faut encore quelques minutes de marche qui s’écoulent dans un silence uniquement rompu par le bruit de nos pas. Nous arrivons dans un bâtiment qui ressemble à une habitation. Je me plante devant la porte et je frappe deux coups secs. J’attends que la porte pivote sur ses gongs pour laisser entraperçoire une femme à la chevelure blanche comme ceux des vieillards sans pourtant avoir leur âge avancé

Je n’attends pas qu’elle m’invite pour pénétrer à l’intérieur et refermer la porte. Moins Eren sera exposé et mieux ça sera pour lui. Muni de sa nouvelle identité il pourra passer le point de contrôle pour ressortir des bas fonds et construire sa nouvelle petite vie de parfait soldat inconnu du bataillon d’exploration. Ca et les dossiers que Hansi va falsifier l’affaire devrait suffire à  semer le trouble et à lui sauver le cul. Du moins jusqu’à ce que la supercherie fonctionne. Après faudra trouver autre chose, si je suis encore vivant. Sinon ça sera à Arlelt de reprendre le flambeau.

« Livaï, du bataillon d’exploration. Lui c’est Eren Jaeger…. Du moins c’était…. On est ici pour changer son identité »

Je plonge mon regard dans le sien pour la sonder et évaluer le taux de confiance que je peux lui porter. Quand j’ai commencé à me renseigner sur les personnes susceptibles de fournir des faux documents d’identité on m’a certifié qu’elle était la meilleure. J’avais déjà entendu parler d’elle autrefois sans jamais faire appel à ses services. Le paris est risqué mais ce n’est pas comme si on n’avait un plan B

« Inutile de vous préciser que si vous nous aidez, votre tête sera mise à prix au même titre que la nôtre. Dans l’intérêt de tous on a besoin de discrétion…. Et de rapidité… Jaeger à les Brigades collés au derche et c’est pour l’en débarrasser qu’on a besoin de lui construire une nouvelle vie »

Je ne la quitte pas des yeux pour essayer de discerner ses intentions ou ses pensées

« Quel serait votre prix ? Et … vos conditions… ?  »



Kuroko's Basket RPG

_________________
Merci Erwin pour cette sign' so fab...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Civil
Messages : 60
Date d'inscription : 24/03/2017
MessageSujet: Re: Somebody to Nobody // ft. Elemina & Livai   30/3/2017, 20:21



Somebody to Nobody
An 850
feat. Eren & Livaï






Elle allumait les chandelles une à une, ses narines agacées par l’odeur vinaigré des bains-marie récemment lavés.
Il fallait d’énorme quantité de produits chimiques pour concevoir de faux papiers. La plupart des gens n’en savaient rien à moins d’avoir été en contact avec des faussaires ou en être un soi-même.
Ses cheveux détachés, elle les sentait se coller à son visage tandis qu’elle se mettait à récurer les moindres racoins de la pièce : la moindre poussière pouvait rendre un document invalide.
À quatre pattes sur les lattes de bois, elle grattait pour rendre la surface la plus lisse possible.

Dans ce petit appartement qui comportait un total de trois pièces, l’extrême propreté était déconcertante. Froide. Clinique.
L’odeur antiseptique était aussi écoeurante que la puanteur dehors.
C’en était presque étouffant.
Elle passa le revers d’une de ses mains sur son front, épongeant un peu la sueur qui perlait sur son visage. Les genoux  rougis par la friction du sol, elle se releva, se défaisant de ses vêtements un à un, les balançant dans la pièce du milieu qui tenait lieu de salon, de cuisine et de chambre à la fois. La troisième pièce, quant à elle, était une minable salle de bain avec une bassine dans laquelle elle entrait de justesse.
Nue, elle ne prit même pas la peine de vérifier la température pour savoir qu’elle serait désagréable.
Plongeant dans l’eau glacée, elle ne perdit pas une seconde avant de se mettre à frotter sa peau avec force.
Elle devait faire disparaître l’odeur aigre de sa chair.
Le parfum d’agrume de son savon commença à l’embaumer jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus sentir autre chose.

Combien de temps depuis son dernier bain?
Juste l’idée de ne pas s’en souvenir lui donnait envie de vomir.
Elle plongea sa tête sous la surface avant de les démêler ses cheveux avec ses doigts, les nettoyant avec soin… C’était une habitude qu’elle avait gardé de son passé comme escorte. Une pute sale, ça vendait moins… Pas que ceux des souterrains s’en soucient, c’était eux de la surface que Church avait voulu attirer à l’époque.
Adossée dans le petit espace de fer, elle ferma les yeux quelques secondes pour profiter de la sensation de calme.
Aussi détestable l’endroit pouvait-il être, il avait le bénéfice d’être silencieux.  
C’était sans doute un des rares moments de tranquillité dont elle pouvait profiter, de solitude…

Toc. Toc.

Elle redressa sa tête, surprise.
Avait-elle bien entendu?
Elle se pinça les lèvres, se relevant rapidement, emportant une grande chemise noire qui lui tenait lieu de peignoir. Ses doigts nerveux boutonnèrent un peu maladroitement le vêtement pendant qu’elle laissait des pillasses liquides sur le plancher fraîchement lavé.
Peu de gens connaissaient cette adresse… Alors qui?
À l’autre bout de la pièce, elle écarta les lourds rideaux qui plongeaient l’appartement dans l’anonymat le plus complet, ou presque.
Il n’y avait que les voisins qui voyaient des clients passer et venir… Et avec un peu de chance, ils ne se douteraient jamais des réelles qui se déroulaient là.
Ses yeux captèrent deux formes, et si l’envie de les ignorer ne manquait pas…
Elle soupira lourdement avant de finalement se décider à ouvrir la porte.

Elle n’eut même pas le temps de les renvoyer qu’ils pénétraient déjà dans l’appartement.
Cette presse l’irrita, mais elle n’en fit rien paraître.
Elle soupira une nouvelle fois, agacée avant de refermer la porte derrière elle, passant d’un intrus à l’autre, les détaillant le plus rapidement possible : le plus vieux était le plus petit. Cheveux noirs, yeux… Difficile à dire avec cette luminosité. Des traits fins… Elle n’arrivait pas à savoir si elle le trouvait séduisant ou trop efféminé. On aurait dit qu’il venait d’un autre monde, d’une galaxie d’ailleurs.
Le second ressemblait aux gens de la surface. Il était jeune… Un gamin.
Brun aux yeux particulièrement azurs. Des yeux comme Elemina n’en avait jamais vus. Elle s’y perdit quelques secondes en insistant sur son observation en haussant un sourcil.

Ce fût le plus petit des deux qui brisa le silence.
L’accent. Elle se surprit à le reconnaître avec une facilité déconcertante : il était des souterrains. Pas de doute. Il avait beau se montrer poli, il n’y avait rien de plus cinglant que son propre accent dans la bouche des autres.
Elle lui rendit son regard inquisiteur, croisa les bras et tout doucement, elle s’adossa contre le mur.
Le Bataillon d’exploration. Ces mots résonnèrent avec malaise dans son esprit.
Ils étaient venus incognito, de toute évidence. L’uniforme serait trop remarqué dans les rues des souterrains.
Ce qu’elle n’arrivait pas à comprendre, c’est pourquoi ce gamin, Eren Jaeger, avait besoin d’une autre identité… Ce genre de boulot, c’était Lui, d’ordinaire, qui venait les régler.
Le Commandant.
Erwin Smith.
Elle se mordit l’intérieur de la joue, perplexe.
Ces deux-là, quels que soient leurs motifs étaient venus par eux-mêmes.
Ce détail l’inquiéta davantage… Elle passa une main dans sa lourde chevelure blanche avant d’avancer vers eux, passant entre les deux hommes sans jeter un œil derrière elle.

Elle passa d’un bout à l’autre de la pièce, leva les yeux au plafond.
Si ses voisins les avaient vus pénétrer chez elle… Elle n’aurait pas le choix de les désinformer.
Elle sauta sur le lit – ou ce qui lui servait de lit occasionnel -  à pieds joints.
En posant une main sur son ventre, elle leva les yeux au ciel, ses dents effleurant sa lèvre inférieure.
Elle laisse un gémissement sortir de ses lèvres, puis un deuxième, puis un troisième. Un crescendo impeccable. pendant qu'elle tentait de créer un rythme sur le matelas décharné dont ses os de fer lui piquaient les orteils.

Elle tira le plus jeune à elle, ébouriffant ses cheveux au passage, déboutonnant un peu sa chemise. Quelle importance.
Elle baissa soudainement le ton en les regardant, autoritaire…
Puis détendue, avant de ricaner doucement en observant leurs expressions se décomposer.

« Mettons la chose au clair : Cette nuit, vous vous êtes payés une pute. Vous voulez sauver votre réputation? J'ai la mienne à salir pour le moment.
Compris? »


Elle s’éloigna d’eux, leur indiquant l’unique sofa de la pièce.
Une invitation simple et claire. Ils parleraient des termes de ce contrat.
Adieu tranquillité.

« J’espère que vous savez vous montrer convainquant, les murs ont des oreilles par ici.
Combien êtes-vous prêts à mettre? »


Elle ne savait pas exactement à quoi ils s’attendaient, mais pour l’heure, elle devait éclaircir deux choses : qui les avait envoyés et ce qui était advenu de Smith…
De retour sur le matelas, elle écoutait les bruits tout autour les rires de son voisin du dessus… Un vieux pervers celui-là… Mais un pervers qui savait tenir sa langue.
C’était quand même mieux que rien.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Soldat ~ Titan
Messages : 79
Date d'inscription : 10/03/2017
MessageSujet: Re: Somebody to Nobody // ft. Elemina & Livai   2/10/2017, 00:30


► Somebody to Nobody  ◄
feat. Elemina & Livaï




Alors qu'il suivait Livai jusque dans les Bas Fonds, Eren ne pouvait s'empêcher de regarder autour de lui. Il avait beau entendre le Caporal lui dire de faire attention où il marchait, d'avoir l'air naturel, c'était beaucoup plus facile à dire qu'à faire. Et puis ça voulait dire quoi, d'avoir l'air naturel dans les souterrains ? Avant toute cette débâcle avec leurs dernières expéditions et les menaces sur sa vie, il n'avait jamais pensé y mettre les pieds un jour. D'ordinaire les gens faisaient tout pour en sortir, pas y entrer. Et lorsque l'on naissait entre les murs, sous le ciel bleu, il était assez rare de finir en bas avec pour toute source de lumière les différentes lampes et torches. L'inverse était tout aussi vrai, d'ailleurs. « Okay, je reste naturel. Pas de stress, tout va bien... »

Au final, il ne savait pas s'il avait réellement l'air naturel, mais heureusement ils ne croisèrent personne et arrivèrent rapidement à destination. Enfin, ça devait être ça, puisque Livai frappa à la porte. Eren doutait qu'il frapperait chez n'importe qui uniquement pour demander son chemin. La personne qui leur ouvrit n'avait rien du tout de l'image qu'Eren s'était faite d'un faussaire. Il avait imaginé un homme barbu, assez vieux, l'air suspicieux. Au lieu de ça, une jeune femme à la chevelure blanche comme les neiges, les accueillit. Livai ne prit pas la peine d'attendre une invitation pour entrer et Eren préféra le suivre, même s'il trouvait ça très peu poli. Enfin, tout le monde savait bien que Livai et la politesse, ce n'était pas vraiment ça... Plutôt que de rester dehors à s'excuser du manque de manière de son supérieur, il se contenta de le suivre dans la pièce, le laissant garder l'initiative. Eren n'avait aucune idée de ce qu'il fallait dire ou faire dans ce genre de situation, mieux valait donc laisser l'ancien habitant des Bas Fonds gérer ça.

La jeune femme ne fit aucune remarque sur leur entrée chez elle -enfin, il supposait que c'était chez elle- mais sa façon de les regarder montrait bien qu'elle les évaluait tout autant qu'ils l'évaluaient elle. Son regard insistant et son sourcil arqué firent monter le rouge aux joues du jeune soldat, il n'aurait su dire pourquoi. Mais il préférait ne pas parler, plutôt que de dire une idiotie plus grosse que lui -et de se manger une mandale par Livai-. Il avait apparemment fait le bon choix, puisque le Caporal exposa bien rapidement leur situation. Il n'avait pas pris de gants, allant droit au cœur du sujet, comme toujours.

Ce n'est que lorsque la jeune femme s'éloigna d'eux et qu'il la suivit du regard qu'il se rendit compte de l'agencement de la pièce. Pourquoi le lit était-il là ? C'est avec effarement qu'Eren vit la faussaire -si c'était bien elle- sauter sur le lit et faire des bruits qui n'avaient leur place que dans une chambre à coucher et en privé. Il jeta un regard à Livai, se demandant ce qui se passant, mais avant qu'il puisse faire la moindre remarque, il était attrapé et attiré vers le lit. Il était trop occupé à paniquer pour empêcher le déboutonnage de sa chemise. Puis l'atmosphère changea soudainement, le visage de la femme se faisant sérieux avant de finir par ricaner devant sa mine déconfite. Il ne put empêcher un petit cri de détresse en entendant les paroles de la jeune femme. « Une quoi ?! Qu- quoi ? »

Ils n'allaient pas sérieusement faire ce que cela impliquait ? Il était hors de question de faire ça avec une prostituée des Bas Fonds ! Ou une prostituée tout court en fait. Il avait beau être dans l'armée avec tout ce que cela impliquait de moins glorieux, il refusait de payer pour coucher avec quelqu'un. Et puis de toute façon ils étaient là pour des papiers, rien d'autre !

Heureusement il n'était apparemment pas question de faire vraiment la chose mais simplement de le faire croire aux voisins. Le raisonnement tenait la route, mais mettre en pratique était autre chose. Le jeune soldat sentait le rouge sur ses joues lui réchauffer la peau. Heureusement que Mikasa n'était pas, la situation aurait sans aucun doute tourné au pugilat.

Il s'installa à l'endroit désigné, soulagé de s'éloigner du matelas et de tout ce que cela impliquait, même pour de faux. « Convainquant ? Il faut faire des bruits ?! » Sa voix prit une tournure trop aigue pour un garçon de son âge, mais il ne le réalisa même pas. Il devrait faire comme elle ? Il était prêt à affronter des titans sans broncher, mais simuler un acte sexuel était au delà de ses compétences. La question financière de leur transaction n'était pas de son ressort, il ne chercha donc pas à y répondre. C'était le domaine de Livai après tout. Il se contenta de cacher son visage de ses mains, se demandant s'il n'aurait pas mieux fait de rester au lit ce matin là.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Somebody to Nobody // ft. Elemina & Livai   

Revenir en haut Aller en bas
 
Somebody to Nobody // ft. Elemina & Livai
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Attack on Titan Rpg :: Pendant l'attaque :: Le mur Sina :: Les Bas Fonds-
Sauter vers: