Attack on Titan Rpg

Forum rpg sur le manga/anime l'Attaque des Titans
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Masquerade [Bertolt Hoover]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Soldat ~ Titan
Messages : 3
Date d'inscription : 19/03/2018
MessageSujet: Masquerade [Bertolt Hoover]   19/3/2018, 17:24

Bertolt Hoover
©️ Bertolt Hoover - Shingeki no Kyojin.




Id card
PRÉNOM • Bertolt
NOM • Hoover
SEXE • Homme
ÂGE • 16 ans
GROUPE • Bataillon d'Exploration, Titan Shifter.
PERDU ? • Non.
ORIENTATION SEXUELLE • Pansexuel.
PROFESSION • Soldat.



Physique


Cyclopéen. Quelle que soit la forme que choisit ton corps, tu es immense, prisonnier d'une carcasse interminable. Ton mètre quatre-vingt douze domine presque tous les silhouettes qui ont le malheur de croiser la tienne. Pourtant, cette hauteur détraquant l'hypsomètre interne des autres, tu ne l'apprécies guère. Pas plus que la dégaine effilée qu'elle te confère, au mépris du galbe ciselé de tes membres. Au sommet de cette immense pile de centimètres trône un visage aux traits encore bien trop jeunes, surmonté d'une crinière courte mais épaisse et pigmentée d'ébène.
Le nez convexe qui sépare tes pommettes hautes confère à ton profil un aspect pointu, et la teinte lavallière de ton derme témoigne de distantes origines orientales. Plus bas, des lèvres délicates révèlent une bouche souvent crispée par la timidité ou l'embarras.
Sous les arcades sourcilières effacées se trouvent deux démantoïdes absinthes dont les pupilles sont chargées d'une réserve extrême. Autour de tes paupières alourdies par le poids de tes actes se dessinent de légères cernes tourdilles, révélant à l'observateur attentif la brièveté de tes nuits coupables.
Sous le menton allongé s'attache un cou un peu prolixe à la Pomme d'Adam discrète et à la nuque plate. Dans son prolongement se forment des épaules larges au galbe délicat et des bras légèrement trop longs, vaguement plus fins que ce que tu aimerais qu'ils soient. Entre eux, un torse à la musculature modeste mais bien présente, élancée parce que formée par les acrobaties tridimensionnelles plus que par le combat au corps à corps. En dessous des hanches étroites et anguleuses descendent des jambes puissantes aux articulations marquées.
Lorsque tu décides de te métamorphoser, tu grandis encore, ajoutant environ cinquante-huit mètres à ceux que tu possèdes naturellement. Et là, plus rien de charmant ne subsiste en toi. Si l'architecture de ton visage reste la même, il n'est plus question d'air oriental ou de tignasse sombre. Plus de teint basané non plus, puisque aucune peau ne recouvre ton anatomie, laissant la chair et les cartilages à nu, rendant apparente une mâchoire anormalement longue et menaçante.


Caractère


Quelle est l'explication un peu détraquée qui éclaircirait le fouillis de tes pensées, mon doux Bertolt ? Et quel adjectif anodin en apparence suffirait à désigner ton être intérieur ?
Certainement pas "Propre". Les parois de ton encéphale torturé sont tout sauf praticables, tachées en tous sens de réflexions dont les accents épuisés sont souillés par l'ébène épais de la culpabilité. Le sol de ta conscience est jonché de remords dont les multiples plaies déshonorées se teintent d'un sang noir et fétide. Derrière le voile timide et monochrome qui masque le fond de tes pensées, mille déchirures nostalgiques meurtrissent les papillomes d'enfances qui tentent encore de survivre entre tes actes passés. L'innocence qui remplit tes yeux n'est que factice égide, rassurante cuirasse qui protège l'ignominie de ton essence.
Ton environnement, la réalité extérieure qui frôle parfois le rivage de ta perception corrompue ne t'atteint qu'à peine, et malgré ton infini désir d'oubli, tu ne parviens guère à te noyer dans l'illusion d'honnêteté qui couve tes jours et tes nuits. Et la notion de moralité qui n'a de cesse d'attaquer tes regrets lamentables, tu l'exècres à t'en pourrir le cœur. L'aspect inoffensif qui crypte les codes établis de ta personnalité est une fausse maîtrise qui parvient à brouiller l'analyse d'autrui, protégeant la corruption qui te dévore de l'intérieur. Un traître trompeur, un félon fabulateur faussant la foi des autres en ta futile personne, voilà ce que tu es. Un cœur dont la capacité à aimer a été gâchée par les paroles vaines et bien trop convaincantes de psychopathes arrivistes à l'humanité frelatée. Par la faute de ta jeunesse et de ta naïveté, leurs invitations à la violence ont envahi ton cerveau infantile, tuant dans l’œuf toute velléité de rébellion. Sans te laisser le temps de grandir, l'embryon d'amour et de douceur qui se formait en toi a été brutalement avorté, laissant en sa place une mésaise térébrante.
Malgré la haute taille qui maintient ton crâne anxieux au dessus des autres, la maturité qui devrait accompagner tes seize printemps se fait désirer, atrophiée par la constante mascarade qui t'empêche de voir plus loin que la mission létale qui t'a été attribuée. Tu vis de tes ressentis et t'enivres d'eux jusqu'au dernier atome, mais cette obsession sensitive ne sert qu'à porter un calcul angoissé de la valeur de ton leurre ambulant. Et malgré ce besoin frénétique de vérité, tes lèvres se trouvent incapables d'afficher ce secret sordide qui alourdit tes frêles épaules et qui chaque jour se fait un peu plus pénible.
Tu envies les coquebins qui te servent de compagnons, ces adolescents brûlants de courage et de franchise, ceux qui sont du bon côté de la barrière mais du mauvais côté du Mur. Tu envies les camarades droits et fidèles, et cette envie est l'origine de la carence d'estime qui fragilise ton instinct de survie. Ils doivent mourir, mais tout irait mieux pour eux si tu disparaissais. Voilà les mots cruels qui torturent ton âme sournoise, effraie ton esprit et avilissent tes pensées déjà bien trop noires pour l'enfant que tu es.


Histoire


Le hameau qui abrita tes premiers pas reste anonyme, son nom perdu dans les abysses d'un secret jamais dévoilé. Les seules syllabes que tes lèvres autorisent sont celles qui forment les mots "à la maison", et eux seuls servent à comprendre que tu as un jour appartenu à une terre séparée de celle-ci. À présent, les fragments d'images qui te reviennent en mémoire sont objet de nostalgie, mal du pays inguérissable. C'est l'an huit cent trente-quatre qui a vu naître tes premiers pleurs et le vagissement originel du nouveau-né encore vierge de lumière.
Si les années marquant le début de ton enfance ont été les plus innocentes de toutes, celles qui devaient porter les germes d'une vie pleine d'amour et de tendresse furent bien vite détruites, réduites à néant par les paroles cauteleuses d'aigrefins avides de pouvoir. Et tu bénis cet âge exempt de toute conscience, enviant aux autres cette enfance dont tu fus cruellement amputé.
C'est l'an huit cent quarante-cinq qui vit la bouteille de haine exploser en toi, fermentée à l'extrême par les mots éloquents des fielleux personnages tirant les ficelles de ta marionnette d'âme. En ce jour funeste, membre d'un trio pétri d'idéaux bancals et trompeurs, tu commis l'irréparable, incapable de désobéir à la mission qui t'avait été confiée. Usant de ton pouvoir, tu anéantis le rassurant bouclier qui protégeait les Eldiens, ces pécheurs abjects dont la véritable place semblait être au coeur des flammes de l'Enfer.
Mais cet atroce forfait ne fut pas sans prix puisque l'un des seuls liens qui maintenaient ton palpitant en vie fut pulvérisé, dilacéré par l'une de ces gigantesques armes bestiales qui servirait plus tard à détruire les habitants des Murs.
En l'an huit cent quarante-sept commença l'épineuse mascarade qui formait la suite de ta mission l'étale. Doublé de ton ami le plus proche, Reiner Braun, tu t'engageas dans la cent-quatrième Brigade d'Entraînement avec pour but de ravir aux Eldiens des Murs leur élément le plus important : Le détenteur de l'Axe.
L'an huit cent cinquante fut le théâtre de ton échec le plus cuisant. Maniant pour la seconde fois ta menaçante capacité de métamorphose, tu tentais de briser le second Mur, et y parvenais. Mais avant de parvenir à plus important ravage, le plus dangereux de tes non-amis était à tes côtés, laissant libre-cours à sa rage meurtrière et manquant de peu de triompher de ton être vengeur. Seul une prodigieuse promptitude de réaction sauva ta personne d'une mort certaine.
Resté inconnu par miracle, tu t'enrôles dans le Bataillon d'Exploration, poursuivant un éternel objectif : Récupérer l'Axe et détruire le peuple Eldien qui réside entre les Murs.
Seulement, cet office meurtrier qui te semblait si juste au début commence à te lasser peu à peu, t'enivrant d'inconfort alors que ton cœur embrigadé découvre le bonheur des véritables amitiés, et le poids de la culpabilité.
Et alors que tu avances sur la route du crime comme on court sur un chemin forestier, la confusion grandit en toi, bouillonne d’écœurement et noie tes pensées dans un océan de remise en question qui t'effraie plus encore que la maladie mentale qui te ronge de l'intérieur et réduit lambeaux les dernières parcelles de raison qui te restent.


Test RP


Les murs fades et abîmés, les pierres anciennes qui rougissent sous l'effet du temps. Les âmes futiles qui effleurent les atomes glacials de cette ambiance tendue sans entamer l'invisible nuage de raideur qui flotte au ras du plancher. Des êtres destinés à mourir jeunes, des fœtus de sensibilité accablés par la fatalité de leur destin funeste. Un vide solitaire règne entre les parois du bâtiment militaire, une absence comblée seulement par ta silhouette aux membres déliés.Malgré le nombre de corps, la déréliction se fait écrasante, et ces instants dépourvus de toute présence semblent le fruit de rêves tordus et farceurs, l'illusion passagère d'une perception irréelle.
Hors de la marée humaine qui a quitté ces couloirs sombres pour la fraîcheur de douches certainement méritées, tu es la proie d'une foule de questions étourdissantes. Livré en pâture aux crocs affolants de l'incertitude, tu ne peux t'abandonner aux sentiments agressifs qui balafrent tes convictions intimes. "On crève tous, mais rares sont ceux à vivre vraiment."
Des larmes sanglantes tâchent les abords de ton cerveau empoisonné, perlent au coin des débris d'estime qui s'adressaient à ta propre personne il y a bien longtemps.
Mais le temps ne t'est pas donné d'écouter les dangereux remous que fait ta part d'humanité, et ton éternelle dissonance cognitive refait surface alors qu'un son irrégulier vient s'immiscer dans tes rêveries anachorètes. Un voile de panique caresse tes traits fatigués, et ton crâne s'oriente en direction du bruit inattendu.
L'espace de quelques instants, tes yeux ne perçoivent que le vide qui emplit l'endroit depuis quelques poignées de minutes.
Puis une ombre brune fait son apparition, pressée et ostensiblement joyeuse.
Marco.
En un instant, il te fait face, si proche de toi que vos épaules pourraient se toucher. Emporté par une motivation qui t'est inconnue, il a manqué de peu de te percuter, oubliant presque de s'arrêter. Il y a quelque chose de déroutant dans cette proximité, un aspect indéfini qui raidit chaque muscle de ton corps. Alors qu'il t'adresse un sourire exalté, tournant vers toi un visage parsemé d'étoiles rousses, un filet d'angoisse gravit ta gorge nouée par la surprise. Tes émeraudes jumelles se plantent dans les paillettes de bonheur qui criblent ses yeux, et la sensation qu'un contact muet se fait envahit ton esprit troublé.
-" Dis Bertolt, avec Jean, on a prévu de s'entraîner un peu plus à la manœuvre tridimensionnelle. Comme tu es doué, est-ce que tu pourrais nous aider ?"
C'est tout. Malgré la liaison confidente qui s'est établie par l'intermédiaire de vos regards, il ne peut pas lire en toi comme tu le crains tant, et son expression emballée reste inchangée sur ses lèvres innocentes. Derrière ton front, l'humain affaibli se déchaîne, te hurlant d'accepter le dangereux sentiment chaleureux que son invitation fait naître en toi.
"On crève tous, mais est-ce que toi tu vas vivre vraiment ?"
-"Bien sûr, avec plaisir. Si je peux aider, je le ferais."
Tout au fond de ta poitrine, un craquement déchirant se fait entendre alors que le pont entre ta raison et ton coeur se répare un peu plus, t'arrachant un hoquet de panique qui reste secret aux yeux de l'adolescent qui a déjà saisi ton poignet de sa paume tiède et douce pour te guider vers l'extérieur. Sur ta langue, un goût d'appréhension s'étale lentement, piqué de saveurs inconnues, amicales et joyeuses, pleine d'un attachement tout nouveau et audacieux. Pourtant, tes longues jambes s'activent et te portent vers le garçon qui t'emmène, sans aucune intention de faire demi-tour.
"On crève tous, mais pour un instant au moins, tu vas vivre vraiment."



Derrière l'écran
PSEUDO • Berty.
SEXE • Gros.
ÂGE • Bertolt.

DOUBLE COMPTE ? • Non.
COMMENT AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM ? • -dénonce la balise humaine-
AUTRE • Erwin et Livaï, ces signatures.... Je hurle.

©️ renako_dream


Dernière édition par Bertolt Hoover le 5/4/2018, 12:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Civil ~ Titan
Messages : 23
Date d'inscription : 04/10/2017
MessageSujet: Re: Masquerade [Bertolt Hoover]   21/3/2018, 22:44

Bienvenue Berthold !
Juste...
Berthold a écrit:
SEXE • Gros.
Attention, on risque de demander des preuves xD

Je lis ta fiche ce week end ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Soldat ~ Titan
Messages : 3
Date d'inscription : 19/03/2018
MessageSujet: Re: Masquerade [Bertolt Hoover]   22/3/2018, 21:19

Merci beaucoup !
Et pas de problème, j'attendrais jusque là alors.

Pour ce qui est des preuves... disons que je ne joue pas Bertolt pour rien ? 8')
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Civil ~ Titan
Messages : 23
Date d'inscription : 04/10/2017
MessageSujet: Re: Masquerade [Bertolt Hoover]   29/3/2018, 23:37

Hellooooo !

Désolé pour ce retard, je n'ai d'autre excuse à fournir qu'une horrible collègue de boulot, qui par ses absences me fait faire des heures sup de malade >.<

Ta fiche est excellente, je n'ai vraiment rien à dire sur ça. Il y a juste une toute petite chose qui me dérange. Tu dis que Bert s'est infiltré dans la 104eme Brigade pour kidnapper Eren et récupérer l'Axe. Autant, pour l'Axe je suis d'accord, c'est bien leur mission. Mais de base, le trio pense que c'est le roi qui le possède. Ils ignorent qu'Eren est capable de se changer en titan. Si tu modifies ça, tu auras ma validation immédiate =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Soldat ~ Titan
Messages : 3
Date d'inscription : 19/03/2018
MessageSujet: Re: Masquerade [Bertolt Hoover]   5/4/2018, 12:21

Heeey !

Ooops, je n'aurais pas dû lire aussi loin dans le manga, j'en ai vaguement oublié le début !
Mon erreur est rectifiée, j'ai effacé le nom d'Eren de ma fiche, ainsi que les mentions de son enlèvement, laissant à Bertolt le seul but de récupérer l'Axe.

Oh, et puis bon courage à toi pour tes heures supp', en espérant qu'il n'y en aie plus beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chef des armées
Messages : 121
Date d'inscription : 13/01/2017
MessageSujet: Re: Masquerade [Bertolt Hoover]   11/4/2018, 14:30




Tu es validé(e) !




Validation d'Eren
Bravo à toi !
Merci pour les modification, je n'ai absolument plus rien à dire !
Ta fiche est très bien écrite, j'aime beaucoup ton style.
Au plaisir de te croiser sur le forum =)





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://attack-on-titan-rpg.forumactif.com
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Masquerade [Bertolt Hoover]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Masquerade [Bertolt Hoover]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dexter hoover "finish flag" et Antonio Veloce Eccelente disponibles dans les magasins Target aux USA
» Dexter Hoover Checkered Flag, un collector qui s'ignore
» Bertolt Brecht
» Bertolt BRECHT (Allemagne)
» The Handbook of Greek Coinage Series - HOOVER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Attack on Titan Rpg :: Avant l'attaque :: Rassemblement :: Présentations validées-
Sauter vers: