Attack on Titan Rpg

Forum rpg sur le manga/anime l'Attaque des Titans
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Faussaire et faux-semblants [pv Elemina Volkov]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Major
Messages : 129
Date d'inscription : 14/01/2017
MessageSujet: Faussaire et faux-semblants [pv Elemina Volkov]   30/3/2017, 23:30

FAUSSAIRE ET FAUX-SEMBLANTS


feat. Elemina Volkov

Déjà très jeune, Erwin avait compris beaucoup de choses... Ce n’était que des idées décousues, disséminées dans son esprit. Mais au fil des années, ces idées s’étaient liées entre elles, chacune avait à voir avec l’autre. C’était comme si toutes les pièces d’un puzzle s’imbriquaient ensemble.

Pour le moment, ce puzzle était incomplet, mais il travaillait chaque jour à essayer de le remplir, petit à petit.

Aujourd’hui il avait fini par comprendre, maintenant que le reste de sa naïveté s’était envolée, que les ennemis ne sont pas seulement dehors, la menace pour sa vie, pour celle de l’humanité, elle ne vient pas que des titans. Et cette idée se faisait d’autant plus présente dans sa tête depuis qu’il était arrivé à la tête du bataillon d’exploration. Ce n’était plus qu’une élucubration mais bien une certitude.

Si le major devait jongler avec la difficulté d’organiser des explorations à l’extérieur du mur, en plus de gérer la vie à la caserne ainsi qu’être à la tête de plusieurs dizaines de soldats... Il devait surtout gérer les nobles et autres richissimes bien trop hauts placés pour ce qu’ils ont dans la cervelle.

En regardant Erwin, ses cheveux blonds comme les blés, ses yeux bleus comme le ciel et son sourire digne d’un ange, on pourrait lui donner le bon dieu sans confession. Et cela l’arrange bien lorsqu’il doit essayer de faire subventionner ses expéditions par delà le mur, parce que même s’ils sont pleins aux as, avec des fortunes dont une vie ne suffirait pas à dilapider... Certains se retrouvent être sacrément pingres une fois qu’ils doivent se rendre utiles.

Si un discours marche pour la plupart de ces idiots, il y en a d’autres plus récalcitrants, refusant de donner un copeck dans le vent, et qui peuvent aller jusqu’à créer des factions anti-exploration afin d’arrêter toute cette « mascarade » ne servant qu’à nourrir un peu plus les titans.

La prochaine mission approchant à grand pas, ces quelques réfractaires sont tout ce dont Erwin n’a pas besoin. Mais ce serait mal connaître le major que de penser qu’il allait se contenter de simples lettres de refus, ces subventions, ils allaient tous les payer sans rechigner. Pour ça... Il avait déjà sa petite idée de comment il allait pouvoir procéder...

Lorsqu’il était encore simple soldat, Erwin avait eu l’occasion de descendre plusieurs fois dans les souterrains, c’est d’ailleurs en bas qu’il avait fait la rencontre de Livai, et c’est de là qu’il l’avait sorti. Que ce soit un cadeau ou non n’était pas la question, seul comptait le résultat, et chaque jour le conforte dans l’idée que c’était la meilleure chose à faire, aussi bien pour lui que pour le reste de l’humanité.

Il savait d’expérience et de par ce même Livai, que les bas-fonds regorgeaient de personnes qui pourraient faire ce qu’il voulait, du moment qu’il allongeait la monnaie. Et c’était pour cette raison qu’il s’était rendu à la capitale ce matin, prétextant bon nombres de réunions importantes, c’était tout à fait plausible.

Oh non il ne comptait pas descendre, ce serait bien trop suspect que de voir le major du bataillon d’exploration se rendre dans les souterrains, tout seul... Il n’était pas dingue. Par contre il avait le pouvoir de faire monter les souterrains à lui, et c’était dans la chambre d’un hôtel de la ville qu’il devait la rencontrer.

Il avait eut du mal à obtenir ces quelques infos sur cette personne, c’est qu’elle cachait plutôt bien son business... Mais il avait fini par réussir à dégoter un petit rendez-vous avec la demoiselle. Il ne l’avait jamais vu, il ne savait pas à quoi elle pouvait ressembler, ni même comment elle s’appelait. Il ne connaissait que son activité, celle de faussaire. Elle était réputée pour être la meilleure dans son domaine, c’est ce dont il avait besoin.

Il faisait nuit lorsqu’il entra dans le bâtiment, à la recherche de la chambre qu’il avait lui-même réserver pour elle. Rien que cette entrevue avait couté une fortune alors qu’il ne l’avait pas encore aperçu, entre le prix pour la faire monter, le prix de cette chambre, et le prix du silence... Si seulement les nobles savaient à quoi pouvait servir leur argent... Il y en aurait encore moins pour en donner.

Une fois devant la porte de la chambre, il frappa trois fois, avec une seconde d’intervalle entre chaque afin de lui signaler que c’était bien lui, ils s’étaient mis d’accord la dessus. Il attendit l’approbation de la demoiselle pour faire son entrée, et il referma la porte juste derrière lui, ne tenant pas vraiment à se faire voir de tout le monde... Au pire, on dirait simplement de lui qu’il s’est permis de passer du bon temps l’espace d’une soirée... Il n’était plus à ça prêt.

Il put enfin mettre un visage sur cette personne, et quel visage... Ce dernier le cloua sur place.

Pas qu’il soit exceptionnellement beau, au point de lui en faire perdre la voix... Mais il lui semblait tellement familier, c’était déroutant.

Il n’y avait pas que le visage, mais c’était toute cette personne qui faisait resurgir en lui un fantôme de son passé qu’il pensait avoir oublié avec le temps. Cette fille... Elle ressemblait tellement à Mary...

A un moment, son cœur avait raté un battement, il avait presque cru que c’était elle, c’était vraiment troublant. Mais Erwin se repris rapidement et s’approcha de la demoiselle aux cheveux blancs avant de s’arrêter à distance raisonnable, il tendit la main en sa direction.

-Bonsoir, Erwin Smith.


Dans d’autres conditions, il aurait bien aimé être plus chaleureux avec elle, mais il ne savait pas encore assez de choses de cette fille pour ne pas s’en méfier, après tout... Elle venait du même endroit que Livai, et le major savait que trop bien à quel point son meilleur soldat pouvait être dangereux.

Et puis elle avait l’air trop douce pour l’être réellement...



Kuroko's Basket RPG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Civil
Messages : 58
Date d'inscription : 24/03/2017
MessageSujet: Re: Faussaire et faux-semblants [pv Elemina Volkov]   31/3/2017, 17:33



Faussaire et faux-semblants
An 846
feat. Erwin






Niklaus Church l’avait mise en garde : Erwin Smith était un homme particulier.

Puissant malgré sa situation précaire au sein du régiment d’exploration, il était le dernier chouchou de Mitras.
Il était jeune, mais prometteur. Les rumeurs allaient jusqu’à le décrire comme le « Dernier espoir de l’Humanité. »
Qu’est-ce qu’il ne fallait pas entendre.
Pourtant, malgré la promotion de Smith à la tête des Scouts, la situation du Bataillon d’exploration au sein de l’armée était d’une fragilité inquiétante.  
Les pertes des dernières missions avaient été colossales, et, selon les rumeurs, il suffirait d’un rien ou presque pour que les classes bourgeoise et aristocrate, affectueusement appelées classes porcines, coupent les vivres et le support auprès de l’escadron.  
Erwin Smith ne pouvait se permette un faux pas.
Mais jusqu’à preuve du contraire, il était l’idéal, le soldat par excellence dans une société qui ne croyait en rien d’autre qu’aux pouvoirs, au confort.

Commandant depuis le transfert forcé de Keith Shadis, on disait qu’il ne manquait pas d’expérience sur le terrain autant qu’en théorie.
Elle avait presque ri en entendant le sort de Shadis.
De la Survey Corps aux recrues… Tristement pathétique pour un des seuls membres du Bataillon d’exploration qui avait survécu aussi longtemps…
Mais en même temps, entre la folie et la mort, cette fatalité était risible… Et comme la mort avait ignoré Shadis jusque-là, la folie s’était présentée d’elle-même à force de voir ses hommes tomber les uns après les autres.  
L’ancienne tête des « Ailes de la Liberté » avait été rétrogradé pour son manquement à ses devoirs.
Trop instable pour soulever une armée, il aurait été imprudent, voire suicidaire de le laisser en charge.
Chaque décision était trop importante pour les laisser entre les mains d’un homme incapable de gérer sa propre personne.
C’était à la fois tragique et prévisible.

C’était là toutes les informations qu’elle avait recueillies sur la Survey Corps depuis quelques jours. Ça et, entre deux gorgées de moonshine, Niklaus Church avait mentionné le fait que l’ancien Caporal avait dû attendre la position de son prédécesseur avec une patience quasi dangereuse. Anormale. Calculée.
Elemina aurait voulu être surprise par les spéculations de son complice, mais en vérité, elle n’attendait pas moins d’un homme qui devait envoyer plus d’une dizaine de ses soldats à leur mort.

Elle avait regardé le fond de son verre avec un long soupir.  
Niklaus avait insisté pour que la rencontre se fasse dans un hôtel à la surface.
La situation la mettait inconfortable : elle serait sur le territoire de son client, et pas le contraire. Il aurait l’avantage.
Elle avait fini par croire que la mise en scène n’avait pas été laissée au hasard… Son instinct la poussait à croire que le choix du lieu avait été orchestré pour deux raisons : dissimuler leur entente sous le jour d’une rencontre typiquement sexuel et secundo, avoir le contrôle si jamais la situation dégénérerait.
Bien joué, Smith.
Elle serra les dents avec anticipation avant d’insister pour qu’on la resserve avant qu’elle ne se rende au point de rendez-vous.
Quelle merde.

***

 
Elle fait un effort. Un bref effort.
Elle avait tronqué ses habits des souterrains pour une robe et un corsage quelconque, un truc qu’on lui avait trouvé dans les vieux coffres du bordel.
Le moins elle se ferait remarquer, le mieux elle se sentirait.
Elle se fondrait dans la foule… Enfin presque. Ses cheveux blancs ne laissaient personne totalement indifférent. Ils étaient un trait qu’elle chérissait au temps où elle était prostituée et qu’elle maudissait à présent pour rompre son appartenance aux rues de Mitras.

À sa cuisse droite, elle avait un revolver. À sa botte gauche, un canif qu’elle avait soigneusement aiguisé avant son départ.
Des souterrains jusqu’aux escaliers de Sina, elle s’avança calmement, passant la milice qui la reconnaissait de plus en plus.
Ils avaient même quelques petits surnoms pour elle, surnoms qu’elle ignorait silencieusement.
Elle rabaissa son capuchon sur sa tête avant de se faufiler entre les quelques passants qui fermaient leur boutique.
La soirée n’était pas assez avancée pour que la ville reprenne ses activités. Il suffirait de quelques heures avant que les bars se comblent et que les voix éclatent en alcool et en cris.

Elle se répétait mentalement l’adresse du rendez-vous avec insistance avant de s’arrêter devant un insigne, incertaine.
C’était quoi, ça…
Elle fronça les sourcils avant de serrer les poings.
Quel idiot.
Juste par la lumière, l’odeur, l’emplacement, l’héraldique…
Elle soupira malgré elle avant de pénétrer dans l’enceinte, mal à l’aise. Cet endroit était bien mis. Trop bien mis pour elle. Elle n’était pas tout à fait certaine si elle avait le droit de s’y trouver autrement qu’en ces circonstances.
On l’accueillit pourtant comme n’importe qui, l’introduisit à sa chambre avant de la laisser seule sur le pan de la porte. Elle afficha un sourire, une douceur peu commune, des gestes dosés et parfaits avec les années : elle devait avoir l’air de n’importe qui… Mais déjà, elle savait qu’on la reconnaîtrait à cause de ses cheveux.
Un jour, peut-être, devrait-elle les teindre pour qu’on l’oublie.

L’oreille attentive, elle attendit que les pas s’éloignent avant d’explorer la pièce encore plus agacée.
Elle en fit tour en moins de cinq minutes, observant chaque recoin, fermant les lourds rideaux pour éviter qu’on puisse voir quoi que ce soit de la chambre.
Cette rencontre devait être le plus confidentielle possible.
Enfin… Pour elle. Elle se doutait d’ores et déjà qu’on devait reconnaître le Commandant sans même qu’elle ne connaisse son visage.

Elle s’assit calmement sur la petite table devant la seule fenêtre. Les jambes croisées, elle s’accouda patiemment sur cette dernière, déposant sa joue dans sa main.
Il ne suffisait que d’attendre, calmement. Elle dégaina son arme, avant de la poser à son tour sur le meuble, ses doigts retirant le cran de sûreté à l’instant où elle entendit les trois coups à la porte.

Elle attendit.
Et elle attendit…
Mais qu’est-ce qu’il foutait?
Ne me dites pas qu’il faisait dans la politesse en plus?
L’agacement monta d’un cran quand elle balança un « Entrez. » exaspéré.
Et lorsqu’il entra dans la pièce, elle comprit pourquoi Erwin Smith laissait une grande impression chez les gens qu’il rencontrait….
Et elle le haïssait davantage pour ça.

Ses cheveux blonds semblaient s’ensoleiller à la lueur des chandeliers.
Une mâchoire carrée, une carrure définie, découpée dans le marbre.
Statuesque. C’était le mot pour le décrire.
Un nez fin et parfaitement symétrique, séparant son visage en deux sections identiques.
Il était sculpté par l’imaginaire, le fantasme.
Une arrogante perfection…
Si elle crut se sentir d’abord attirée, son sentiment devint une aversion vénéneuse aussitôt qu’elle croisa son regard.
Elle voulait lui cracher au visage.

Il avait hésité une seconde, tout au plus.
Ce fût suffisant pour qu’elle le remarque.
Il attendait quelque chose d’autre.
Un homme, peut-être. Quelqu’un de plus beau ou de plus laid….
Quoi qu’il en soit, elle ne répondait pas à ces appréhensions avaient dessiné pour lui.
Il lui tendit sa main, se présenta, galamment.
Pour toute réponse, elle glissa sa main sur son revolver et lui fit comprendre qu’elle ne le toucherait pas.

« Assoyez-vous sur le lit. »

Un ordre.
Sans présentation.
Il n’avait pas besoin de savoir ce genre de détails.
Tant qu’ils seraient à une distance raisonnable, elle se sentirait à l’aise ou presque.  
Elle avait caché la moitié de son visage par de longues mèches blanches, dissimulant la grande marque sur sa joue.  
Ses yeux verts suivant le moindre des mouvements de l’homme avec une hostilité virulente.

« Je suppose que vous avez fait appel à mes services pour acquérir des fonds supplémentaires ? »

Il ne fallait pas être un génie pour s’en douter.
Avec toutes les informations collectées à son sujet, elle avait par comprendre que Smith était au pied du mur pour les prochaines expéditions.
Sinon, pour quoi d’autre ferait-il appel aux gens des souterrains?
En temps désespéré, mesure désespérée.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Faussaire et faux-semblants [pv Elemina Volkov]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TRAHISONS ET FAUX SEMBLANTS de Ludovic Rosmorduc
» Faux semblants
» Harry Potter-Faux semblants-Harry/??; G
» EPISODE 8 / SAISON 1 FAUX SEMBLANTS
» Faux semblants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Attack on Titan Rpg :: Pendant l'attaque :: Le mur Sina :: Mitras-
Sauter vers: