Attack on Titan Rpg

Forum rpg sur le manga/anime l'Attaque des Titans
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Horsie and Cunt [PV Elemina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Soldat
Messages : 59
Date d'inscription : 13/03/2017
MessageSujet: Horsie and Cunt [PV Elemina]   3/4/2017, 02:15

Horsie and Cunt [PV Elemina]
Ca va donner!:
 


Ah quelle journée de merde! Ce n'est pas que je n'aime pas venir entre les murs du Mur Sina mais c'est tellement... Différent! Je suis déjà venu auparavant, genre une fois ou deux, mais là, venir tout seul... Pfff, si au moins j'avais pu amener Reiner avec moi, j'aurais pu rire un peu plus. En plus, pourquoi on m'envoie ici? Je vous le demande ça! "Ordre du Major Erwin! Les soldats suivants doivent se rendre à la capitale pour y effectuer quelques patrouilles, des bandits se sont montrés il y a peu et nous devons neutraliser la menace!". Tu parles, il me prenne pour un jambon oui! Et comme par hasard, devinez qui est le seul de la 104ème Brigade d'Entraînement à avoir été envoyé ici. C'est mooooooiiiiii! J'ai tellement de chance en ce moment... Mon cheval qui se barre à chaque expédition, si on croise des Titans (je te serais éternellement reconnaissant Christa de me le ramener à chaque fois ♥), être envoyé ici tout seul... Ne riez pas!

Bon, je me suis présenté en début de matinée au QG Militaire de la ville et on m'a indiqué un coin au nord de la ville à patrouiller régulièrement... Et sans mon équipement tridimensionnel. Youpi, youpi, joie, joie... Je fais parti du Bataillon d'Exploration, je ne suis pas un foutu glandeur des Brigades Spéciales (bien que j'aurais tellement aimer les rejoindre pendant un temps... Cette vie à ne rien faire et loin des Titans... Non, je ne cèderais pas!). On ne m'a pas fourni autre chose qu'une sorte de matraque pour me défendre, alors contre des bandits armés pouvant venir des souterrains... Je dois avouer que je suis un peu septique, mais on m'a assuré qu'il n'y avait plus d'autres équipements disponible pour moi. Quelle chance, vraiment!

Quoi qu'il en soit, en une heure de patrouille, absolument rien, le vide absolu. J'ai bien croisé quelques civils que j'ai respectueusement salué, mais à part une petite fille qui m'a sourit, je n'ai fait que n'avoir aucun retour de leur part. Mon visage s'est crispé à force et le premier qui oserait me manquer de respect... Calme toi Jean, c'est pas le moment de te faire remarquer, au vu de la situation du Bataillon d'Exploration, c'est vraiment pas maintenant que tu dois faire des histoires! De plus, j'entends des voix qui s'élèvent d'une ruelle entre deux boutiques, et les rares mots que je perçois ne me disent rien qui vaille. Pas le choix, il faut aller jeter un coup d'oeil, mais vite fait, ce n'est surement rien de bien grave.

-Qu'est ce que t'attends pour lui bâillonner la bouche?! Faut qu'on l'emmène au boss dans la ville souterraine, il nous filera une augmentation pour ce joli minois!

Ha, ha, ha... Pourquoi je me dis que j'aurais mieux fait de rester au lit ce matin? Avant même d'être capable de voir leurs visages, la situation me semblait bien compliqué et si j'essayais d'attendre des renforts, la jeune femme serait déjà entre de mauvaises mains! Non! Mon esprit s'enflamme et il est hors de question que je laisse une demoiselle en détresse entre les mains de ces vils agresseurs! Je prend mon courage à deux mains et je lance ma matraque dans la tête de celui que j'aperçois avant d'apparaitre avec un cri de guerrier, tel un cheval qui hennit!

-A l'AAAAAATTAAAAAAAQUEEE... euh?

Mon corps se fige à un bon mètre de l'homme qui tenait sa victime entre ses bras, mon regard se glace et je me sens... tellement déçu. A la place d'une jolie demoiselle en détresse... Je vois un homme assez vieux avec le visage fin... Très, mais alors très loin de ce à quoi je m'attendais. Cependant, cet instant d'inattention me coûte cher: je prend une droite en pleine joue, n'ayant que le temps de tourner un peu la tête pour éviter un KO direct. L'homme que j'ai visé avec ma matraque me regarder et vu ce qu'il est en train de faire avec, je risque de passer un sale quart d'heure si je reste là. Ce n'est pas de la bagarre contre des titans mais contre trois mecs assez costaud, un peu moins que Reiner, je n'ai probablement pas ma chance. Je me fixe comme objectif d'en ralentir au moins un, histoire que je puisse espérer m'en tirer avec le moins de blessures possible, sinon Eren risque bien de se foutre de ma gueule... Si seulement il était là.

J'attends que l'individu le plus proche de moi tente de me donner un coup pour l'esquiver au dernier moment et lui donner un coup de pied puissant dans le genou, je le sens craquer son mon genou, j'ai surement dû lui faire sortir la rotule. Pas de temps à perdre, les deux autres abrutis me foncent dessus, je fais une roulade sur le côté pour me mettre derrière le mur, dans l'étroite ruelle depuis laquelle je suis arrivé. Un bref coup d'oeil vers le vieil homme, il ne semblait pas avoir les mains attachés, il s'en sortira... Mais peut-être pas moi.

Je me donne le top départ pour un cent dix mètres haies dans une série de petites ruelles, je saute au dessus d'une poubelle, je glisse au sol un instant à l'angle d'un virage pour changer de direction. Je ne cours pas pour sauver ma vie mais pour semer ces gros abrutis qui semblent tenter de me coincer en sandwich, et vu que je ne connais absolument pas les rues de cette ville, il en serait bien capable. A l'intersection d'une autre ruelle, je décide de tendre un piège à un de mes poursuivants: je soulève un couvercle de poubelle et je lui éclate en pleine tête lorsqu'il arrive à ma hauteur, me laissant à peine le temps de rebrousser chemin et d'arriver à une autre ruelle. Cependant, je venais de faire un très mauvais choix: une ruelle en ligne droite, et mes assaillants de chaque côté. Une seule grande bâtisse avec une porte en bois pourrait me sauver, mais je doute fort que la chance me sourit à nouveau. Je me sens comme une proie entre deux prédateurs, il va falloir me battre et espérer être plus rusé qu'eux pour me sortir de ce pétrin, hahaha... Well, I'm fucked!

_________________

Merci à Ophélia pour cette signature 100% PUR JEAN-BON!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Civil
Messages : 58
Date d'inscription : 24/03/2017
MessageSujet: Re: Horsie and Cunt [PV Elemina]   4/4/2017, 18:55

(Mise en page à venir)

«- Check-raise.
- J’me couche.
- Moi avec.
- Raise .
- All in. »

C’était à ce demander s’il y en un seul qui savait jouer au poker.
Le problème avec les gars de la ville, c’est qu’ils ne savent pas tricher.
Et s’ils trichent, ils le font mal.
Une table, six joueurs, un paquet de cartes.
Deux couchés, trois qui suivaient la mise et, avec son air taciturne habituel, Elemina.
Devait-elle, oui ou non, relancer?
C’était risqué peu, mais depuis près de sept parties consécutives, elle les avait plumés.
De cinquante pièces, ils avaient tous haussé la valeur du magot jusqu’à soixante-quinze chacun… Et en toute logique, si ils continuaient de bluffer avec leur carence évidente de talent, ils finiraient au tapis.
La merde.
Et dire qu’elle avait compté jouer encore quelques heures, mais non.
Ils finiraient tous par se coucher au prochain tour, elle le sentait.
Dommage qu’ils aient insisté pour qu’elle les rejoigne. Au début, c’était presque drôle.
Un petit commentaire macho ici, un verre par-là, et oups, une main trop baladeuse suivie d’une remarque trop perverse un peu trop déstabilisante.
Et leurs yeux ahuris qui ne comprenaient pas encore comment des mots si vulgaires pouvaient sortir d’une d’une si belle bouche. C’était à vomir.
Ils avaient été concentrés sur tout ce qui n’avait pas à trait au jeu…
Quelle bande de cons, quand même.

Dès qu’une fille avait plus de couilles qu’eux, ils devenaient peureux.
Typiquement masculin.
Ils se pliaient, trop désarçonnés pendant qu’ils commençaient à peine à comprendre que cette garce des souterrains était un peu plus brillante qu’ils ne l’avaient escompté.
C’est bien connu : il n’y a pas meilleure actrice qu’une bonne putain.
Et Sina savait à quel point elle pouvait escroquer n’importe qui avec un effort minimum.
Les gens des Murs étaient trop douillets pour comprendre que même un jeu de cartes, il fallait tout miser quitte à tout perdre.
Ou peut-être était-elle un peu trop gambler.
Chose certaine, la dernière chose qu’elle entendit se fût les sifflements frustrés de ses compagnons de jeu pendant qu’elle récupérait l’argent totale.
En se penchant sur la table, elle fit mine de s’y étendre à moitié, sous l’inconfort général.
Pauvres eux… Ils jouaient déjà les hommes alors qu’ils étaient encore plus prudes qu’une vierge lors de sa nuit de noces.
Une vraie blague.
Et avec un sourire carnassier, elle ne pouvait s’empêcher d’accentuer le malaise, mordillant innocemment sa lèvre inférieure.
Elle battit même des cils pour seconder son acte avec brio.
Ces trois-là abaissèrent les yeux, celui-là rougit avant de se figer et, le dernier, dans un élan de bravoure, tenta de composer une façade qu’elle ne pouvait exactement définir.


« Désolée, Messieurs, mais cette demoiselle gagne encore. »

Mine de rien, elle avait empoché un peu plus de trois cents dollars en ne faisant… Strictement rien de différent à ses habitudes.
Elle avait attendu, ils avaient misé comme des imbéciles et elle finissait avec les poches pleines… Et une soirée bien arrosée aux frais des perdants.
C’était pas si mal, tout compte fait.
Un peu éméchée, elle était sortie au grand air, respirant à pleins poumons la nuit qui émergente.
L’odeur de la ville n’avait rien à voir avec celui des souterrains.
Parfois, elle osait même s’imaginer la sensation que le monde extérieur pouvait avoir.
Ce devait être… décadent.
Elle n’arrivait pas à trouver le mot juste.
Ni quand elle écoutait les descriptions d'Erwin, ni quand elle entendait les rumeurs des soldats, ou encore les chansons à boire dans le milieu de nuit.
Ce monde était aussi dystopique que fascinant.
Elle le détestait presque autant qu'elle ne voulait le découvrir... Mais elle savait déjà que jamais elle n'irait plus loin que les murs.
La liberté, c'était pour les idéalistes, les fous et les suicidaires du Bataillon d'Expédition.
Cette pensée la fit sourire.
Peut-être enviait-elle leur folie, au fond... Un peu. Juste un peu.

La tête en l'air, elle ne le vit pas tourner le coin.
Ce qu'elle ressentit par contre, c'est un corps la happer de plein fouet.
Elle tenta vainement de se rattraper avant de tomber sur le sol, le corps de son percuteur.
Elle eut le souffle couper.
Pas parce qu'il était nécessaire lourd, mais le coude qu'il avait planté dans ses côtes avait faire le boulot.
Elle était prostrée, figée, attrapant le peu d'oxygène qu'elle pouvait...
Juste avant de jeter le corps par terre, complètement sonnée.
Elle se releva un peu, s'adossa contre le mur de briques derrière elle, ses jambes grelottantes.
Ce p'tit con, si elle n'était pas en train de suffoquer, elle lui aurait mis une droite.
Peut-être une gauche... Mais tandis que sa vision se stabilisa et qu'elle remarqua qui était en fait le jeune garçon près d'elle... Elle eut presque envie de rire.
Non, mais c'était quoi ce mioche?
Il avait quoi? 15 ans? 16 tout au plus.
Et en plus de ça, elle pouvait sentir sa panique à mille lieues à la ronde.
Mais qu'est-ce qu'il faisait en pleine nuit, tout seul... Et pour fuir, quoi, exactement?

Des pas.
Une course.
Ce gamin était en cavale.
Elle ouvrit un peu plus les yeux, autant surprise que désaoulée.
Dommage pour l'alcool...
Ses yeux posés sur l'orée de la route, elle soupira avant de se retourner vers l'adolescent...
Ses habits... Elle connaissait ce blason...
Tch.
Pourquoi à chaque fois qu'elle comptait passer une soirée bien tranquille, devait-elle faire face aux crétins du Bataillon d'Expédition. ..
POURQUOI.

Maudit soit son putain de complexe d'héroïne à la con.
Elle savait qu'elle n'en tirerait que des problèmes...
Mais déjà, elle était de retour sur ses pieds, attrapant le jeune homme par le collet. l'obligeant à la suivre.
C'était la débandade.
Elle se mit à courir, tirant l'autre à sa suite. Courant à en perdre haleine, empruntant les rues les moins sûres juste avant de le plaquer sur un mur et poser sa main sur sa bouche. Elle ne supportait aucune jérémiade et encore moins de résistance.
Elle posa son corps sur le sien, pour éviter que la lumière des rues ne les vendent tandis que les poursuiveurs passaient tout droit.

« Tu m'en dois une, soldat. » souffla-t-elle tout bas avjant de le relâcher.

Va savoir pourquoi elle se mettait toujours dans des situations aussi merdiques.
Elle retint un nouveau soupir, jeta un oeil sur le jeune homme une dernière fois et une fois qu'elle s'était assurée qu'ils les avaient bien semés... Elle tourna les talons.
Comme si de rien était.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Soldat
Messages : 59
Date d'inscription : 13/03/2017
MessageSujet: Re: Horsie and Cunt [PV Elemina]   6/4/2017, 23:05


Horsie and Cunt [PV Elemina]


Qu'est ce qui a bien pu me prendre de me foutre dans une merde pareille? Non mais sérieusement, je pouvais pas tirer au flanc comme tous les mecs de la Brigade Spéciale en générale? J'avoue avoir été tenté de sauvé une jeune femme en détresse, mais si seulement j'avais pu vérifier tout ça... Enfin, j'allais pas fuir non plus devant quelqu'un qui avait surement besoin d'aide, c'est le métier qui veut ça après tout. Dans ma course effréné, je ne me suis même pas rendu compte que j'ai percuté quelque chose, ou plutôt quelqu'un. J'ai simplement entendu un bruit derrière moi, mais en me retournant, la seule chose que j'avais en vu, c'était cet énorme gorille qui commençait à courir pour me frapper avec une bouteille cassée. Parer ce coup là, ça va être impossible, esquiver, encore moins au vu de la place qu'on a dans cette ruelle de merde!

Bon... Pas le choix, je n'ai pas de notion d'arts martiaux comme Eren ou Annie, mais pour le coup, j'vais devoir piquer une technique du répertoire de cette dernière. Putain, j'vais jamais réussir à être assez rapide, surtout avec l'autre mec de l'autre côté qui commence à se pointer. Tant pis, c'est plus le moment d'hésiter! Attendant le dernier moment pour passer ma tête à côté du bras de l'autre mongol, me faisant ouvrir le coin de la joue par sa bouteille, j'envoie ma paume en plein dans son nez et je lui balaye les jambes... Ah putain, il est pas tombé, mais il a l'air un peu groggy pour l'instant! C'est ma... Merde quoi encore? Voilà que je me fais tirer en arrière par le col maintenant! Je n'ai que le temps de me retourner pour remarquer une jeune femme un peu sale qui me tire avec elle dans la direction que je viens de libérer! Tant pis, j'ai pas l'intention de partir de l'autre côté.

Nous faisons de nombreux mètres, de nombreuses ruelles tout aussi étroite et rapide les unes que les autres, avant qu'elle ne m'agrippe vers une ruelle adjacente pour me plaquer violemment contre un mur. Merde! J'ai peut-être cru que c'était une alliée alors qu'elle va me planter un couteau dans le flanc! Par réflexe, mes mains veulent bloquer les siennes, mais elle ne fait que me couvrir la bouche et s'appuyer contre moi sans bouger, un peu trop à mon goût d'ailleurs. Bien que je n'avais pas pris la regarder en détails auparavant, en agissant ainsi, je ne suis pas obligé de la regarder pour deviner ses formes avant en tout cas... Quoi qu'il en soit, les deux abrutis finissent par passer à côté de nous à toute vitesse, gueulant pour nous effrayer et jurant de nous retrouver, mais ne nous remarque pas grâce à l'ingéniosité de la demoiselle qui me fait face.

Juste avant de me relâcher, la femme aux cheveux d'une couleur presque improbable me chuchote que je lui en dois une à présent, fixant mes yeux alors que je regardais son visage ayant été un peu sali. Enfin, je remarque ça, mais le sang qui a dû couler de ma joue ne me rend pas forcément plus propre, sans compter l'hématome à venir pour le coup pris au départ. Moi qui m'attendait à ce qu'elle me demande immédiatement de lui rendre la pareille, voilà que cette drôle de femme vérifie si mes poursuivants sont bien partis avant de tourner les talons et repartir comme si rien ne s'était jamais passé. Hors de question, je dois au moins la remercier! J'accélère quelques pas pour repasser devant elle et je m'interpose à son passage, sortant un mouchoir blanc de ma poche.

« Attendez un instant! Je tenais à vous remercier de m'avoir aidé dans cette situation, je ne connais pas le coin et il ne fait aucun doute que j'aurais fini dans un sale état. Laissez moi au moins vous donner mon mouchoir pour vous essuyer le visage... »

Pour une raison étrange, au lieu de simplement donner ce mouchoir à la femme qui a bien une dizaine d'années de plus que moi, je glisse mon doigt à l'intérieur pour l'approcher de son visage, comme pour faire tout moi même. Mais au vu de son regard, j'arbore un sourire un peu gêné et je lui dépose gentiment dans la main, qui sait si elle serait pas pire ennemie que les deux mecs que je viens de fuir à l'instant si je venais à la vexer... Quand on voit la furie de Mikasa ou d'Annie en action, je me dis que sous estimer une femme pourrait surement me jouer des tours...

_________________

Merci à Ophélia pour cette signature 100% PUR JEAN-BON!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Horsie and Cunt [PV Elemina]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Horsie and Cunt [PV Elemina]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Attack on Titan Rpg :: Pendant l'attaque :: Le mur Sina :: Mitras-
Sauter vers: